. . . . .>

Historique de l'association les Amis de Flamarens

LES AMIS DE FLAMARENS

Sur l’initiative de quelques personnes nouvellement venues dans le village, l’association des Amis de Flamarens fut créée au mois de mai 1976, dans le but d’assurer la sauvegarde et l’animation du site. La création de l’association répondait au besoin d’instaurer  une dynamique autour du village de Flamarens, de façon à ne pas le laisser  abandonner aux ronces et aux orties. A cette époque en effet, la situation était  dramatique. A la suite d’importantes fissures et désordres dans les maçonneries, l’église avait été fermée au culte en 1956. Laissée à l’abandon, la toiture et les voûtes s’étaient effondrées en 1971. Les gravats bloquaient la porte d’entrée, les arbres poussaient à l’intérieur. 

Frappé par la foudre en 1943, le château avait entièrement brûlé, la toiture et  le donjon n’existaient plus. Le propriétaire M. Coustaing avait bien entrepris quelques restaurations mais le château restait   dans un état d’abandon,  les abords  étaient envahis par  une végétation  inextricable.    Au centre du village se trouvaient des maisons en ruines, à demi écroulées couvertes de ronces. La croix de fer forgé à l’entrée du village  avait été accrochée par un engin agricole et gisait sous les orties. Bref le chantier était énorme ! 

Pendant les premières années, Les Amis de Flamarens vont s’attacher à redonner au village un aspect plus attractif : débroussaillage,  installation de massifs de fleurs, réparation et remise en place de la croix de fer forgé, peinture des boiseries des maisons à colombages et des grilles de la mairie, installation de panneaux indicateurs des lieux dits. Ils participent également au repérage, débroussaillage et balisage de l’ancien  chemin de St jacques de Compostelle.

Enfin, des premiers contacts sont pris avec le sous-préfet et l’architecte des Monuments historiques concernant la situation de l’église. Toutefois, l’association est loin de créer l’unanimité dans la population, en particulier au conseil municipal  où la gestion du patrimoine local  n’est pas la priorité !    Suite à des pressions diverses, certaines personnes démissionnent ou se retirent de l’association, un nouveau bureau doit être  constitué. Bien qu’amoindri sur ses bases, les membres restant n’en décident pas moins de poursuivre leur activité, grâce au  puissant dynamisme de Mlle Trenta qui en sera la cheville ouvrière jusqu’à sa mort prématurée en 1986, après une longue maladie. 

En 1979, une première exposition artisanale est mise en place dans un vieux grenier. Pour permettre à l’association de recueillir des fonds, des lotos, concours de belote, méchouis ou mounjétados sont également organisés tous les ans avec le Comité des fêtes.                  

En 1981, les bénévoles de l’association entreprennent la  démolition des maisons en ruines dans le village et installent à la place un espace vert. Les gravats de l’église sont  dégagés, c’est la grande toilette : 300 tonnes de décombres sont évacuées. 

Cette année est également marquée par la descente des cloches, avec l’aide des bénévoles  de " l’association Rempart". Enfin Mr Gadel séduit par la dynamique créée par les Amis de Flamarens achète le château de Mr Coustaing. Un chantier de fouilles archéologiques est organisé par Madame Mussot Goulard, (historienne médiéviste, professeur à la Sorbonne) sur les anciens fossés du village avec l’assistance matérielle des Amis de Flamarens.  

En 1984, l’association obtient le second prix  du concours organisé  par Antenne 2 « Chef d’œuvre en Péril ». Les Amis de Flamarens représentés par leur président, M. Gilbert Blanc et leur secrétaire, Mlle Sylvie Trenta, reçoivent à Lille, en présence de M. Pierre Mauroy ministre de la Culture et le président d’Antenne 2 un chèque de 50. 000 F.

Lille 1

 

 

 

 

L’association reçoit également une subvention de 20. 000 F de La  Fondation de  la   Sauvegarde   de  l’art  français  et 10. 000 F du Conseil Général du Gers. Les Amis de Flamarens  remettent  alors  un chèque   de 87 000 F au Conseil Municipal  pour démarrer les premiers travaux de restauration.

Sous la direction de M. Lagneau, architecte en chef des monuments historiques, une entreprise locale entreprend la réfection des parties hautes  des  maçonneries   du côté  nord et du chœur.  

En  1986,  un  deuxième  chèque   de 160 000 F  est remis par l’association  pour réaliser la couverture du chœur.

L’association reçoit  également du Conseil Régional une subvention de 50 000 F  qui financera une étude  géotechnique  du sous-sol, et le drainage de la base des murs  côté  sud. Puis en 1988, le clocher mur est restauré pour un montant de :        239 831 F. Les cloches  sont  remises en place  avec l’aide bénévole de M. Pontac charpentier à Peyrecave. 

 En 1991, à notre grande déception,  la mairie vend les pierres  taillées de l’église, les colonnes,  arcades, chapiteaux, clefs de voûtes etc. pour la somme ridicule de 10.000 F. Seule  la  clef de voûte aux armes  de la famille de Mazade nous sera restituée par l’acheteur !

En 1998, la toiture des chapelles  nord  est refaite et les cloches sont électrifiées. Cette opération est financée par  la récupération de la TVA  sur les premiers travaux.

En  1999, la petite cloche  des heures, fêlée, est restaurée et remise en place au sommet du clocher. Une girouette en forme de coq gaulois y est installée par la même occasion. Cette opération a été financée par l’association et un généreux donateur, qui a voulu rester anonyme.

En 2001, une étude financée par les Amis de Flamarens et la D.R.A.C. est réalisée par M. Thouin, architecte des monuments historiques. Concernant la restauration de la partie sud de l'église est  évaluée  à   près   de  600 000 €. Somme colossale pour une commune de 150 habitants. Malgré tous les efforts de la nouvelle municipalité, les demandes de subventions n’ont pas abouti. Malheureusement le 11 janvier le mur sud s'écroule!

En 2002,  sous la maîtrise d’œuvre de M. Thouin La municipalité réalise une première tranche de travaux consistant au déblaiement des pierres du mur écroulé, la sécurisation de  l’édifice et de ses abords immédiats.

Cette  intervention d’urgence  s'élevant à 96.000 €, a été financée par des subventions publiques, des dons privés effectués auprès de la "Fondation du Patrimoine" et un don de 18.607 € des Amis de Flamarens.

En 2007, quelques pierres s’étant écroulées dans la cour du château, la tour clocher a dû être étayée Les travaux ont coûté 8000 €, Les amis de Flamarens ont financé à hauteur de 4000 €.

Il devint rapidement impérieux de consolider le clocher. Un vaste chantier de confortation est effectué de 2012 à 2013, sous la direction de Mme Gaëlle Duchêne, architecte DPLG. Les Amis de Flamarens ont versé la somme de 38 573 € à la municipalité pour boucler le budget de 130 000  €.

Ainsi depuis sa création en 1976, l’association les Amis de Flamarens a consacré 164 000 € à la sauvegarde de l’église Saint Saturnin, issus des subventions recueillies et des bénéfices des animations.

 

 

retour à l'accueil

   

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : mardi, 01 Mai 2018

×